Les fonctions des barillets

Le barillet est une case renfermant un ressort en spiral enroulé qui fournit de l´énergie à une montre. En se déroulant, le ressort entraîne le barillet au-dessus duquel est fixé une roue crantée. Cette dernière est chargée de transmettre la rotation du barillet aux autres pièces de la montre. Ainsi, sans le barillet, il n´y a pas de mouvement dans une montre. D´ailleurs, tout le mécanisme d´une montre dépend de ce petit disque tournant.

Le barillet d´une montre mécanique est inséparable du couple échappement-balancier. L´échappement est un dispositif formé par une roue dentée et une ancre. Ces deux éléments fonctionnent de manière solidaire pour réguler le mouvement du barillet. En effet, la roue d´échappement est constituée d´un disque cranté sur sa partie supérieure et d´un pignon sur sa partie inférieure. Ce pignon est en contact avec le tambour du barillet et tourne avec celui-ci lorsque le barillet se désarme. La rotation du pignon entraîne ainsi la rotation de la roue d´échappement. Toutefois, cette rotation est rythmée par l´ancre disposant deux palettes pivotantes dont le rôle est de bloquer ou de libérer la roue d´échappement. L´alternance entre ces deux fonctions de l´ancre est assurée par le balancier.

Le mécanisme d´impulsion et d´inertie du barillet

Au moment du remontage de la montre, le spiral de ressort situé à l´intérieur du barillet s´enroule afin de produire de l´énergie lorsqu´il se déroule. Ce relâchement du ressort entraîne le mouvement du tambour du barillet ou sa rotation. Puisque la circonférence de la couronne dentée du tambour est plus grande que celle du pignon d´échappement, le rapport de mouvement entre les deux rouages est différent. Le pignon de la roue d´échappement tourne 4 000 fois plus vite que le tambour du barillet, ce qui garantit au mécanisme des heures d´autonomie de marche. Ainsi, une fois que le spiral du barillet arrive à son seuil d´enroulement, la montre n´a plus besoin d´être remonté avant environ 50 heures.

D´autre part, la roue d´échappement effectue une rotation en trois phases en fonction de la position de chacune des palettes de l´ancre. Lorsque la palette de gauche ou palette d´entrée monte, la roue tourne. Ceci correspond à la phase de dégagement de la roue d´échappement. Cette phase est la seule faisant tourner le tambour de barillet tandis que les deux autres phases coïncident avec l´inertie du mécanisme. En effet, lorsque les deux palettes de l´ancre ne sont pas au contact avec la roue d´échappement, l´ancre transmet l´énergie au balancier : c´est la phase d´impulsion. De même, pendant la phase de chute, on assiste au retour de l´énergie du balancier vers le dispositif d´échappement. C´est au tour de la palette de sortie de monter, rendant immobile la roue d´échappement avant l´arrivée d´une autre phase de dégagement.

Importance du mouvement oscillatoire du balancier

Le premier rôle du balancier est d´entretenir le mouvement à l´intérieur de la montre. Son mouvement est provoqué par le rapport d´énergie entre la libération d´énergie par le ressort spiral du barillet et le rappel du ressort spiral du balancier. Entre les deux éléments, il existe un organe de transmission qui est l´échappement. Le balancier sert ainsi de base de comptage dans le mécanisme d´une montre mécanique puisque sans oscillation, le dispositif d´échappement ne peut pas fonctionner et le barillet reste figé. Pendant son mouvement oscillatoire, le balancier déplace l´ancre de l´une à l´autre de ses butées grâce à la cheville fixée sur son plateau.

Le mouvement du balancier entraîne le blocage ou le dégagement de la roue d´échappement. La variation de l´amplitude du balancier a ainsi pour effet de modifier la vitesse des rouages d´échappement, d´où l´avance ou le retard de marche de la montre. Ainsi, la précision d´une montre mécanique dépend du réglage de la fréquence d´oscillation du balancier. En général, le balancier doit avoir une fréquence de 4 Hz, qui correspond à quatre oscillations par seconde. La baisse de fréquence ou sa hausse entraîne une perte de précision du mécanisme allant du mouvement de l´ancre jusqu´à la libération de l´énergie au niveau du barillet, en passant par le dérèglement de la rotation de la roue d´échappement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *