Le Mikrogirder de Tag Heuer


Capable de mesurer le temps avec une précision époustouflante au 5/10 000e de seconde, réduisant de façon spectaculaire les erreurs d’isochronisme, insensible à la pesanteur, le nouveau garde-temps Mikrogirder de Tag Heuer est plus efficace, plus rapide et plus simple que n’aurait osé l’imaginer la science. Un nouveau chef d’œuvre de la maison Tag Heuer qui très certainement laissera son nom dans l’histoire.

Le Mikrogirder de Tag Heuer

Un chronographe au 5/10 000e de seconde oscillant à 1000 hz, soit 7 200 000 alternances par heure, c’est la performance remarquable de la toute nouvelle montre de la légendaire marque horlogère suisse Tag Heuer. Elle nous en dévoile une première version Concept, le Mikrogirder, et balaie du coup trois siècles de conventions autour de la régulation mécanique du couple balancier/spiral pour mettre au point un organe réglant mécanique totalement inédit.

La naissance du Mikrogirder de Tag Heuer

La fabrication du Mikrogirder est une suite logique de la matérialisation de l’immense savoir-faire de Tag Heuer. Déjà en 2010 la marque nous avait présenté la Grand CARRERA Pendulum Concept, dans la lignée du chronographe Calibre 360 de TAG Heuer (2005), qui mesurait et affichait les 1/100es de seconde avec une fréquence de 50 hz. La particularité de cette montre était qu’elle était dotée du premier organe réglant au monde dans lequel un champ magnétique remplaçait le spiral traditionnel. En 2011 c’était au tour du MIKROTIMER FLYING 1000 d’être présenté au grand public. Le Mikrotimer oscille à 3,6 millions d’alternances par heure, soit une fréquence 125 fois plus élevée qu’un chronographe suisse classique. Pas étonnant puisqu’il est équipé d’un organe réglant révolutionnaire sans balancier avec deux échappements, c’est aussi le premier chronographe mécanique au monde cadencé à 500 hz.
Pour cette année 2012, Tag Heuer nous dévoile son nouveau garde-temps de la même lignée : le MIKROGIRDER. Si jusqu’à présent le système traditionnel mis au point par Christiaan Huygens il y a trois siècles demeurait la référence chez les fabricants de montres mécaniques, le MIKROGIRDER, plus que le Pendulum ou le Mikrotimer, vient comme une rupture totale. Sa technologie est radicalement novatrice et promet de bouleverser entièrement le cœur même de la montre, à savoir son organe réglant. C’est sans doute l’avancée la plus importante jamais réalisée en ingénierie horlogère par TAG Heuer.

Le MIKROGIRDER, symbole de la maîtrise des plus infimes fractions du temps

D’un point de vue technologique, le TAG HEUER MIKROGIRDER constitue en lui-même un formidable bond en avant. Sans faire le moindre compromis en matière d’efficacité et de précision, il accède à des territoires inconnus dans la sphère des hautes fréquences. Une fois de plus Tag Heuer prouve qu’il est en première ligne des avantages potentiels dont pourront bénéficier les futurs chronographes en termes de fonctionnalités et de design. A l’instar des Concept Watches mises au point au cours des 10 dernières années (nous pensons entre autres au récent Mikrotimer Flying 1000, mais aussi au Mikrograph 100, à la Monaco 24, au Calibre 360, à la Monaco V4), le Mikrogirder pourrait très bien être commercialisé. C’est une très jolie montre dont le design du cadran permet de voir à l’œuvre le formidable organe réglant MIKROGIRDER. La grande ouverture du boîtier ainsi que la forme audacieuse d’ensemble améliorent nettement la lisibilité. On n’a donc aucun mal à distinguer clairement toutes les palpitantes fonctions de la montre. Avec un design général très avant-gardiste, la position de la couronne à 12 heures du Mikrogirder est inspirée des chronomètres Heuer au 1/100e de seconde des années 1920. Incorporé au sein d’un nouveau boîtier de chronographe asymétrique tout à fait étonnant, ce chef d’œuvre d’ingénierie mécanique prouve bien que Tag Heuer reste fidèle à son leitmotiv « Technologie et Design ».

Ce contenu a été publié dans Les montres de sport, Tag Heuer, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *