Présentation de la UR-110 de Urwerk


Très proche sur le plan esthétique de quelques montres précédentes telles que la UR-220, le modèle 110 est néanmoins très différent quant aux fonctions. Par exemple, il est bâti sur une complexité tridimensionnelle qui inclut notamment une tour centrale, un carrousel central qui garantit la rotation des heures autour du cadran et trois modules d’heures qui effectuent une contre-rotation permanente qui compense le mouvement du carrousel.

La UR-110 de Urwerk

Sur le plan esthétique, la 110 Urwerk est assez proche de quelques modèles fabriqués par la manufacture auparavant tels que l’UR-202 White Shark. Mais le défi des ingénieurs de la manufacture consistait à créer un modèle différent de celui-là, mais aussi de l’UR-203 ; de l’UR-201 et de l’UR-202 qui avaient propulsé la manufacture au rang de maison horlogère de référence. En termes de complications, cette montre ne ressemble à aucune autre, car sa conception a nécessité de nombreux aménagements et des difficultés techniques considérables : par exemple, comment associer un carrousel central à des modules d’heures mobiles sans remettre en cause l’intégrité de toute la structure ? Voici une présentation de la montre qui fait la fierté de Martin Frei et Félix Baumgatner, les propriétaires de la manufacture horlogère allemande.

Les caractéristiques principales de la 110 Urwerk

Après de nombreux tests qui ont duré environ deux ans, la manufacture est parvenue à créer une montre dotée d’un axe fixe sur toute la hauteur et construite sur trois niveaux différents. Elle reste proche de la White Shark en apparence, mais se révèle être une montre unique quant aux fonctions et aux complications.

D’abord, ce modèle comporte une tour centrale qui garantit la stabilité du mouvement. Ensuite, les modules d’heures sont formés d’une heure satellite avec des aiguilles et des minutes et fixés sur un engrenage planétaire qui effectue une rotation à contre-courant du carrousel. Enfin, ce carrousel assure le fonctionnement et la rotation des modules mobiles des heures tout autour du cadran. La conception de cette montre est un exploit technique à nul autre pareil. Sur le plan purement esthétique, la montre présente un aspect métallisé cohérent à cause de l’usage presque excessif, mais forcément compréhensible (pour des raisons de solidité) du titane. Le fond de la montre renferme le système de remontage automatique qui fonctionne grâce à deux turbines intégrées

Autres aspects techniques et esthétiques de la montre UR-101

La montre est équipée d’un mouvement mécanique à remontage automatique, avec un calibre UR 9.01 et un balancier qui permet 28800 alternances par heure et un empierrage de 46 rubis. Le balancier est doté d’un ressort plat et d’un simple barillet qui facilitent la rotation et le remontage du mouvement automatique. Le garde-temps affiche une réserve de marche de 39 heures et possède un rotor dont le fonctionnement est régulé par les turbines conservées dans le fond de la montre.

L’affichage de l’heure est très particulier, car l’heure est opposée à la minute sur la surface droite de la montre. Les aiguilles sont positionnées d’une façon si ingénieuse qu’habituellement, point n’est besoin de retrousser sa manche pour consulter l’heure. Au total, tout en ressemblant à des modèles qui avaient été commercialisés avec beaucoup de succès, la montre UR 110 se démarque nettement des autres par ses fonctionnalités uniques et son allure sportive.

Le boîtier fabriqué entièrement avec du Titane grade 5 comporte une lunette en acier et est étanche jusqu’à 30 mètres. Par ailleurs, la montre comporte de nombreuses indications, notamment celles du jour et de la nuit affichées sur un « Control Board » intégré, une complication satellite, et un compteur de 60 secondes.

Ce contenu a été publié dans Montres exceptionnelles, Urwerk, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *