Les montres Girard-Perregaux 1966 Calendrier complet


Les gardes temps Girard-Perregaux 1966 Calendrier Complet font partie de la collection éponyme. Outre la version en or rose, les horlogers de la marque ont créé des modèles en or gris. De plus, une édition limitée en palladium de la Girard Perregaux 1966 Calendrier complet, a été réalisée par la manufacture. La montre, aux lignes épurées, renferme un mouvement de haute précision. La complication calendrier complet affiche la date, le jour et le mois.

La 1966 Calendrier complet de Girard Perregaux

La collection Girard-Perregaux 1966 compte des modèles tous plus prestigieux les uns que les autres. A l´instar des autres pièces emblématiques de la collection, le modèle avec calendrier complet allie raffinement et sophistication. Les divers modèles de montres Girard-Perregaux 1966 ont été conçus pour rendre hommage aux multiples innovations de la manufacture dans les années 60. En outre, les matériaux utilisés dont l´or rose, l´or gris et le palladium rehaussent la valeur de la Girard-Perregaux 1966 Calendrier complet.

La Girard-Perregaux 1966 Calendrier Complet, une icône de la collection

La première version de la Girard-Perregaux 1966 Calendrier Complet est pourvue d´un boîtier en or rose. La version en or gris ainsi que celle en palladium sont venus enrichir la collection. L´agencement du cadran assure une excellente lisibilité. Le boîtier rond, d´un diamètre de 40 mm et d´une hauteur de 10,7 mm, est finement poli. Une glace en saphir antireflet recouvre le dessus de la montre. En outre, le mouvement de la montre est visible grâce au fond en saphir du boîtier. Le remontoir, pourvu de cannelures, est situé à 3h. Le bracelet en cuir d´alligator complète le design de la montre. Le fermoir est constitué par une boucle ardillon en or 18 carats.

Pour les versions en or rose et en palladium, le cadran est d´un lumineux opalin. Par ailleurs, pour la Girard Perregaux Calendrier complet en palladium, le cadran est d´un noir intense. Les aiguilles, en forme de feuille, sont d´une grande finesse. L´agencement de son cadran est l´une des principales qualités de la Girard-Perregaux 1966 Calendrier Complet. Les indicateurs d´heures sont des bâtonnets présentés en relief. En dessous du double bâtonnet, correspondant à 12H, est inscrite la marque « Girard-Perregaux ». Sous cette marque se trouvent deux guichets où sont affichés le jour de la semaine et le mois. Un sous cadran situé à 6h est constitué par deux cercles concentriques. Dans le premier cercle, des chiffres impairs espacés par des points représentant les chiffres pairs sont affichés. Ces chiffres représentent les dates. En outre, le deuxième cercle est la fonction qui indique les phases de la lune.

Les caractéristiques techniques de la Girard-Perregaux 1966 Calendrier Complet

La Girard-Perregaux 1966 Calendrier Complet est équipée du mouvement GP033MO à remontage automatique. La Girard Perregaux 1966 est cadencée à une fréquence de 4 Hz soit 28 800 alternances par heure. En outre, pour assurer le bon fonctionnement des mécanismes, la montre est pourvue de 27 rubis. De plus, elle a une réserve de marche de 46 heures au minimum. Par ailleurs, la montre est étanche jusqu´à 30 mètres. Les fonctions disponibles sur la Girard-Perregaux 1966 Calendrier Complet sont les heures, les minutes, les secondes ainsi que l´indication des phases de lune.

La Girard-Perregaux 1966 Calendrier Complet en Palladium

Les différentes versions de la Girard-Perregaux 1966 Calendrier Complet sont équipées des complications et des fonctions similaires. La version en palladium, quant à elle a été éditée en nombre limité. Le modèle se distingue par l´éclat du boîtier qui rehausse l´esthétique de la montre. Le palladium qui s´apparente au platine est plus résistant que l´or et ses multiples qualités expliquent le fait que ce soit un métal très recherché. De plus, il n´est pas nécessaire d´allier le palladium avec d´autres métaux tels que le rhodium. Etant donné que le palladium ne ternit pas, ce métal est idéal pour une montre exceptionnelle comme la Girard-Perregaux 1966.

Ce contenu a été publié dans Girard-Perregaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *